Vous êtes ici
Accueil > Les Fêtes Traditionnelles de la Baie de Somme > La Fête de la Saint Blaise

La Fête de la Saint Blaise

La fête du patron de la commune cayolaise, Saint-Blaise, est honorée comme il se doit durant tout unweek-end. Les festivités commencent le samedi par une soirée repas dansant organisée conjointement par la municipalité et l’association dela chorale de la Baie de Somme, Mouette et chansons.
Dès le lendemain, le dimanche à 10h30, avec le soutien des voix dela chorale de la paroisse, l’école Saint-Joseph et les sœurs de la communauté de la Sainte-Famille, les participants se réunissent rue Saint-Blaise pour la traditionnelle procession dans les rues. Le cortège se retrouve à l’église Saint-Pierre pour l’office religieux. A l’issue de la messe dite en l’honneur du patron et protecteur des cayolais, l’abbé béni les cordons de Saint-Blaise, avant que les paroissiens les achètent, comme le veut la tradition, puisque celui-ci vous protégera dans votre vie contre les angines, le gloître, les maux de dents, les laryngites, le hoquet, la coqueluche et les torticolis.

En effet, Saint-Blaise fut autrefois l’un des saints les plus populaires et les plus célèbres par l’efficacité de leur intercession. Il était un habile médecin et très vertueux chrétien. Il fut élu leur évêque à sébaste, en Arménie. Il quitte ensuite son siège épiscopal et il s’enfuit dans la montagne pour y soigner les petites gens. Le gouverneur de la province le fit arrêter et le confia aux bourreaux qui lui infligèrent les pires supplices, avant de le jeter pour mort, en prison. Pendant qu’il croupissait dans sa cellule, on a continué à lui amener des gens malades à soigner. Son intercession a procuré dans la suite beaucoup de guérisons, il fut reconnu comme le premier des quatorze saints auxiliaire, et on l’invoquait surtout contre les maux de gorge. Bien plus tard, de part ses capacité à guérir les maladies, le juge du tribunal lui demanda de choisir entre la vie et la mort en acceptant d’être ami de dieu ou en refusant. Après avoir répondu « Ces statues que tu adores ne sont pas des dieux, mais des organes du démon, je ne puis donc les adorer », par jugement, il fut ainsi abandonné au milieu d’un lac pour y être noyé, mais il marcha sur l’eau pour regagner la terre. Vert de rage, le gouverneur de la province, le fît décapiter sur la place publique. En lui coupant la tête, il en fît un martyr.

Articles similaires
allez en haut
partenaires : formation au marketing digital - formation webmarketing à Paris - formation community manager - anti-stress naturel - vehicule handicapé - Formation à distance en ligne - Développement personnel par le cheval - Comment peindre un meuble - devenir sophrologue - location serveur dédié - community manager indépendant - siphon abs et laiton - french courses in Paris - Doudou Moulin Roty et Lilliputiens - nuancier peinture gratuit - serrurier paris - Ebénisterie - Entretien et restauration des meubles -