Vous êtes ici
Accueil > Les Villages de la Baie de Somme > Saint Riquier

Saint Riquier

Saint-Riquier, autrefois appelé « Centule » (la ville aux cent tours) est une ancienne cité monastique qui s’est développée autour du monastère fondé au VIIe siècle, en 625, par Riquier, propriétaire terrien converti au catholicisme qui évangélisa le Nord de la France. L’abbaye connut son apogée à l’époque de Charlemagne et comptait, en l’an 800, plus de 300 moines et une école réputée. La ville de Centule, qui bénéficiait de cette prospérité et s’était protégée par des fortifications, aurait abrité jusqu’à 15 000 habitants ; elle fut capitale du Ponthieu aux Xe et XIe siècles, avant d’être supplantée par Abbeville (Abbatis Villa ou domaine des Abbés) où un port avait été créé. Au Moyen Âge, Centule prend le nom de Saint-Riquier en raison de la ferveur des pèlerinages aux reliques du saint, mais les habitants conservent le nom de Centulois. Longtemps ville fortifiée du Royaume de France, dont elle possède les armes, Saint-Riquier a subi de nombreuses invasions et destructions. Les armoiries officielles de la ville de Saint-Riquier se présentent sous la forme d’un semis de fleurs de lys d’or sur champ d’azur, le tout couronné de murailles. Saint-Riquier a donc le rare privilège de pouvoir arborer les couleurs et attributs de la royauté française. La cité doit cette distinction à son long et riche passé, à sa fidélité aux princes du Royaume de France, aux prix de ses sacrifices pour en assurer la protection et la puissance. La Province de Picardie fut rattachée au Royaume de France tout à la fin du Moyen Âge, une première fois en 1477 sous le règne de Louis XI et son annexion confirmée une seconde fois, et définitivement, en 1482, après la victoire de ce dernier sur le Duc de Bourgogne Charles le Téméraire. Dès lors, Saint-Riquier va jouer le rôle de place forte, réputée quasi-imprenable à la frontière nord du royaume, face à la Province d’Artois, possession de la Maison d’Autriche jusqu’en 1659. François 1er viendra en personne la conforter dans ce rôle stratégique. Si la commune ne compte aujourd’hui que 1 200 habitants environ, elle conserve néanmoins un riche patrimoine historique et touristique.

Village de Saint-riquier: La commune de Saint riquier (80135) se situe dans le departement Somme (80), en région Picardie.
Saint riquier a une population de 1200 habitants environ, avec une densité 81 hab./km² et une superficie de 1448 ha.
Les habitants de Saint riquier sont les Centulois et les Centuloises.
Saint riquier à une altitude maximum de 97 mètres.
Le code postal de Saint riquier est 80135, son code insee est 80716.
Que vous prépariez un voyage à Saint riquier, un déménagement, ou que vous souhaitiez simplement mieux connaitre Saint riquier, vous trouverez sur cette pages des renseignements utiles.

Pour venir ou se déplacer à Saint riquier vous pouvez trouvez votre itineraire ici

Lieux et monuments
Eglise abbatiale : construite à l’emplacement de l’église carolingienne détruite par les invasions normandes et les incendies, cet édifice du XIIIe siècle est l’œuvre de restauration de 4 abbés entre 1257 et 1536 et a connu les différentes étapes du gothique. Longue de 96 mètres, large de 27 mètres et haute de 50 mètres, elle possède une façade de style gothique flamboyant du XVe siècle. À l’intérieur, le style est plutôt classique, dans les boiseries, les grilles et la décoration en marbre du XVIIe siècle sous l’influence de l’abbé Charles d’Aligre. On peut également y admirer les tableaux de peintres du XVIIe siècle (Jouvenet, Bon Boullongne, Hallé…),un Christ de Girardon, ainsi que la salle du Trésor, où est contée (lors de visites guidées) l’une des plus extraordinaires légendes du Moyen Âge : le Dit des trois morts et des trois vifs.
Abbaye
Hôtel-Dieu : L’évocation la plus ancienne de cette institution remonte à 1199. Il fut à l’origine dirigé par des Frères et des Sœurs, puis par les Sœurs Augustines qui restèrent à Saint-Riquier jusqu’en 1963. À la Révolution l’Hôtel-Dieu devient un hospice civil. Les bâtiments actuels ont été construits de 1688 à 1704. On remarque surtout le cloître en briques et pierre et la chapelle dédiée à Saint-Nicolas, élevée de 1717 à 1719, et consacrée en 1720 par l’évêque d’Amiens. Cette chapelle s’enrichit au cours du XVIIIe siècle de précieuses ornementations, la plupart de style baroque-rocaille (tableaux de Parrocel, grilles de fer forgé attribuées au Vivarais). Cette décoration a été complétée en 1753 par un autel monumental orné de statues, le tout en bois sculpté exécuté par Pfaffenhoffen dit Pfaff.
Beffroi : Il est le symbole de l’indépendance municipale car Saint-Riquier a obtenu en 1126 une des premières chartes communales de France. Le premier beffroi étant trop près de l’abbaye, les puissants abbés exigèrent en 1283 qu’un nouveau beffroi soit construit à l’endroit actuel. Édifié au XIIIe siècle, il fut presque totalement détruit en 1475, sur ordre de Louis XI revanchard pour le soutien de la ville aux Bourguignons, puis reconstruit et terminé en 1528. Imposante tour carrée de pierres blanches haute de 18 mètres, large de 9,4 mètres et posée sur un soubassement de grès, le beffroi est flanqué de 4 tourelles d’angle à clocheton pour le guet. Il doit son aménagement actuel à de grands travaux de réhabilitation en 1788 et 1789 où l’on perce sa grande entrée nord. Il devient alors Hôtel de Ville et abrite jusqu’en 2005 les réunions et les mariages. Depuis juillet 2005, il est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco avec 22 autres beffrois du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie.
Maison Napoléon : Cette maison, près de la place (au 3, rue du Général de Gaulle), se signale par une curiosité architecturale. Son pignon, épousant la forme du bicorne de l’Empereur Napoléon 1er, est surmonté de sa statue.
Monument aux morts : Ce monument représente une pyramide d’où tombent des guirlandes avec, trônant au sommet, un coq de bronze en train de chanter. Il a été érigé grâce à l’argent d’une souscription publique. Il est l’œuvre d’Emmanuel Fontaine, sculpteur abbevillois (1856-1935) et a été inauguré le dimanche 10 octobre 1920. Trente sept noms de Centulois morts à la Grande Guerre y sont inscrits.
– Prison de Jeanne d’Arc : Dans un angle de la ferme de Drugy, reconstruite sur les fondations de l’ancien château fortifié et résidence d’été des abbés de Saint-Riquier, on montre encore une ancienne salle voûtée qui correspondrait à l’emplacement du cachot occupé par Jeanne d’Arc, une nuit de novembre 1430, alors qu’elle était conduite pour son procès et son supplice à Rouen. Le passage de Jeanne d’Arc à Drugy-lès-Saint-Riquier est relaté dans la chronique latine de Jean de la Chapelle, datée de 1492.
– Tours et fortifications : Saint-Riquier possédait deux enceintes fortifiées. L’enceinte interne avait 4 portes et une portelette. L’enceinte externe avait au moins sept portes ou portelettes. Des remparts médiévaux de la ville, il ne reste que quelques débris de murailles et quelques tours en mauvais état.
Cimetière du Commonwealth : Bien desservi par la route et le rail, doté d’un vaste camp d’entraînement et d’un hôpital militaire (installé dans les bâtiments de l’Abbaye), Saint-Riquier assurait un rôle essentiel dans la préparation et les soins des troupes alliées à l’arrière du Front dès 1915. Le petit cimetière communal, trop exigu et inapproprié, ce lieu de sépultures fut improvisé à la hâte au début de la Première Guerre mondiale. Y reposent 104 combattants britanniques et des colonies anglaises des deux dernières guerres. On y trouve également la tombe familiale du Sergent Petit (de la « Maison Napoléon »).

Personnalités et Artistes liés à la commune
Simon Pfaff de Pfaffenhoffen, baron autrichien, né à Vienne en 1715, exilé en France après un duel mortel à la Cour de Vienne, s’établit à Saint-Riquier en 1750. Sculpteur recherché jusqu’à la Cour de France, maître de l’art du baroque, il a également décoré l’église et la sacristie de l’Abbaye de Valloires (Somme). Il a habité une maison toujours visible près du beffroi à Saint-Riquier. Il meurt à Avallon en 1784.
L’abbé Crampon enseigna l’exégèse biblique au petit séminaire de la ville
François-Auguste Cheussey, architecte départemental, dirigea les travaux à l’abbaye de Saint-Riquier (1819-1822).

Source : http://fr.wikipedia.org – Site web de l’office du tourisme : http://pagesperso-orange.fr/off.tourisme.saint.riquier

Articles similaires
allez en haut
partenaires : formation au marketing digital | formation webmarketing à Paris | formation community manager | référencement naturel sur google | happy manager | serveur dédié | community manager indépendant | Ebénisterie - Entretien et restauration des meubles | consultante en référencement naturel sur google | cadre photo sur mesure | box cigarette électronique | Destockage de vetement de marque pour homme | Fruits secs bio sans sulfites |